Ni d'Eve ni d'Adam, Amélie NOTHOMB

Publié le par Melle Bulle

 

( Allez à la 3'21)



Ce doit être cela une histoire de Koi.

Alors qu'elle écrit Stupeurs et Tremblements, qui est le récit de ses déboires professionnels, Amélie NOTHOMB nous plonge dans le récit de ses amours au Japon avec Ni d'Eve ni d'Adam. Vous l'aurez compris, les deux romans se complètent.

"Stupeur et tremblements pourrait donner l'impression qu'au Japon, à l'âge adulte, j'ai seulement été la plus désastreuse des employées. Ni d'Eve ni d'Adam révélera qu'à la même époque et dans le même lieu, j'ai aussi été la fiancée d'un tokyoïte très singulier."


Nani ô shaimasu ka?

Les amateurs de l’œuvre d’Amélie Nothomb retrouveront la prose et l’humour teinté d’ironie qui font le succès planétaire de cette auteure belge depuis maintenant quinze ans. On se retrouve d’ailleurs en terrain connu puisque dans ce livre, Nothomb nous renvoie au Japon et à des coutumes déjà abordées dans Stupeurs et tremblements. Ni d’Ève ni d’Adam  fait référence aux précédents livres de l’auteure, comme si Nothomb faisait un clin d’œil à ses fans. Elle s’amuse avec les conventions de l’autofiction, jouant son propre rôle dans une histoire où il est difficile de faire la part du vrai et du faux, et où le banal côtoie l’extraordinaire.

"Avec mes six mille yens, au supermarché, je pouvais acheter six pommes jaunes. Adam devait bien cela à Eve."

That's a girl !

Ni d'Eve ni d'Adam
est probablement le roman le plus personnel qu'elle ait jamais écrit. Encore une biographie pensez-vous surement ! Et oui mais pas n'importe laquelle. Il est vrai que les biographies d'Amélie Nothomb commençaient à s'essouffler, on pensait en avoir fait le tour avec "Biographie de la faim". Et bien non on remet le couvert avec ce dernier ouvrage, mais quel ouvrage ! En effet, Amélie nous parle enfin de ses amours, un thème particulièrement absent jusqu'à présent. Une histoire d'amour entre une Belge se sentant très Japonaise et un Japonais se sentant très occidental. Une histoire d'amour avec beaucoup de "Je t'aime" d'un côté et des "Je t'aime bien" de l'autre. En bref, une histoire d'amour avec la complexité d'une Amélie Nothomb au meilleur de sa forme et une sensibilité qu'on ne lui connaissait pas encore.

" Il y avait donc un garçon dans le lit. Quelle stratégie adopter? Je vins le tirer de son sommeil et lui dis avec beaucoup de douceur que, dans mon pays, la tradition exigeait le départ de l'homme à l'aube. Déjà, nous avions failli, car le soleil était levé. Nous mettrions ce manquement sur le compte de l'éloignement géographique. Cependant, nous n'abuserions pas de cet argument. Rinri demanda si l'usage belge autorisait qu'on se revoie."

Banzaï !

On y retrouve le style à la fois fluide et pourtant complexe de l'auteure, ainsi que son humour cinglant que j'aime tout particulièrement. Cette autobiographie est je trouve la plus touchante qu'elle ait écrite et on passe un excellent moment à suivre la vie de Nothomb rythmée par les coutumes locales.

"Rinri me tenait la main, ainsi que chaque amoureux du parcours tenait la main de celle qui l'accompagnait. Devant le podium, il me dit:
-C'est le podium.
-Ah, répondis-je.
Devant la piscine, il me dit:
-C'est la piscine.
- C'est donc ça, répondis-je avec le plus grand sérieux.
Je n'aurais échangé ma place contre celle de personne. Je m'amusais trop et suscitais de nouvelles révélations, marchant en direction du ring pour entendre "c'est le ring", etc. Ces désignations me mettaient en joie."

Donc, pour ceux qui hésitait à lire cette énième biographie, surtout n'hésitez pas : vous ne serez pas déçu !

Publié dans Culture & cie

Commenter cet article

Walpurgis 09/10/2009 10:46


Voici le 2e roman que j'ai lu de notre auteur belge. Je l'ai adoré ! C'est une histoire d'amour si différente, si complexe et j'aime beaucoup la pointe d'humour !!!


Melle Bulle 09/10/2009 14:12


N'est-ce pas ! C'est remarquable ! Humour, voire une pointe de cynisme...