La Journée de la Femme

Publié le par Bulles à la Gomme

 



Cette journée s’inscrit dans une tradition social-démocrate, puis communiste, puis féministe.



La journée internationale des femmes est d’abord une création de la Conférence internationale des femmes socialistes réunie en 1910 à Copenhague afin de servir notamment à la propagande en faveur du vote des femmes et à l’amélioration de leurs conditions de travail. Elle est ainsi liée à la revendication de citoyenneté politique des femmes. L’initiative en revient à l’Allemande Clara ZETKIN (1857-1933) qui dirige de 1891 à 1917 Die Gleichheit (L’Egalité), importante revue (comptant jusqu’à 125 000 abonnés) et organe de l’Internationale des femmes socialistes, qu’elle a fondée en 1907 avec Rosa LUXEMBURG.



En France, c’est en 1982 que le gouvernement socialiste, avec Yvette ROUDY au ministère chargé des Droits des femmes, a décidé de célébrer officiellement la Journée internationale des femmes, le 8 mars de chaque année. Le premier 8 mars fut grandiose, ceux qui suivirent le furent moins , mais ils ont amorcé la tradition politique d’une journée de réflexion sur la place des femmes dans la société française.



Par delà les alternances politiques, la Journée internationale des femmes est désormais officielle et médiatisée.



C’est l'occasion d'appeler à une plus grande égalité alors que les discriminations et les violences perdurent dans de nombreux pays.
Même en France .


C' est une occasion de réfléchir sur la condition de la femme dans le monde entier et sur les progrès considérables accomplis en matière d’égalité hommes-femmes.



L’égalité de sexes est une question d’équité et de bon sens.



Une société qui ne permet pas à plus de la moitié de sa population de participer pleinement aux décisions publiques se rend non seulement coupable de discrimination envers les femmes, mais rate l’occasion d’exploiter son potentiel politique, économique et social.
une femme sur cinq, voire sur quatre sur le continent européen ont subi des violences physiques au moins une fois dans leur vie d’adulte.
Plus d’une femme sur dix ont subi des violences sexuelles avec usage de la force.


La majorité des actes de violence sont commis par des hommes appartenant à leur entourage immédiat, le plus souvent des partenaires ou d’anciens partenaires.


Publié dans Culture & cie

Commenter cet article