Rien de grave, Justine Lévy à lire quand tu t'es fait(e) larguer

Publié le par Melle Bulle

Découvrez la playlist raphael avec Carla Bruni

'
Rien de grave', c'est le récit de la peine d'une jeune femme que son mari quitte pour une autre. Sous les pseudonymes de Louise, d'Adrien et de Paola, Justine Lévy raconte l'histoire de sa rupture avec Raphaël, épris de Carla Bruni. Pour exorciser la peine de cette rupture vécue comme une trahison, Justine Lévy livre un roman très personnel où elle raconte sa dépendance aux amphétamines, la mort se sa grand-mère qui l'a élevée et le soutien de son père.

Paru en 2004, « Rien de grave » (Editions Stocks) de Justine Lévy n’est pas LE dernier livre à la mode qu’il faut lire à tout prix. Mais il n’en reste pas moins un des livres que tu te dois d’avoir lu, ne serait-ce que pour ta culture littéraire.

Justine Lévy livre rien de graveJustine Lévy, c’est la fille de … Bernard Henri Lévy. Voilà ça c’est dit. Je suppose que comme toute fille de (ou fils de), Justine elle aime pas vraiment être étiquettée comme la fille de un tel. Donc passons. De toute façon Justine Lévy c’est bien plus que la fille de … c’est aussi l’ex-femme d’Enthoven. Je suis pas trop adepte des news people, mais celle-ci a son importance pour la suite. Parce que le livre de Justine Lévy, est un livre quasi-exclusivement autobiographique. Un livre où elle décrit Paula, une mannequin au visage fait sur commande, qui après avoir séduit le père d’Adrien (petit ami de Louise), jette son dévolu sur Adrien lui même. Paula, mannequin, visage refait, qui se tape le père puis le fils, ça ne te rappelle rien. Indice : elle roule en Lancia. Bon je te sauve, pour ta culture people (la culture littéraire ça n’a jamais suffi à personne), elle chante sur cet article...

Alors oui, peut être que « Rien de grave » c’est un livre de fille, tout comme il existe des blogs de filles, des films de filles. Mais moi je lis tout.  Avec des fois des bonnes surprises. Des bonnes surprises comme « Rien de grave ».

C’est le livre d’une fille qui se fait larguée par son premier amour, son amour d’adolescente à d’adulescente. A travers le personnage de Louise, Justine elle raconte comment Adrien l’a plaquée pour Carla Paula, le vide qu’elle a ressenti, et que même elle a été en jean à l’enterrement de sa grand-mère.

Rien de grave c’est aussi l’histoire d’une femme-enfant qui n’a vécu que par Lui (et pour Lui) et qui en se faisant larguer se retrouve larguée (au sens littéral cette fois).

Extrait :

Il portait des baskets neuves, ce soir-là. Il était allongé sur le lit, ses baskets neuves aux pieds. D’abord j’ai cru que c’était parce qu’il en était content, parce qu’il voulait les admirer et me les faire admirer, je ne savais pas que c’était pour partir, en courant, pour toujours. Pourquoi tu n’enlèves pas tes baskets ? j’ai demandé. Elles sont chouettes, mais il est deux heures du matin, t’as envie de faire l’amour avec tes baskets mon amour ? Non, il a dit, sans rire ni sourire, non, j’ai pas envie de faire l’amour avec mes baskets, j’ai quelque chose à te dire. Ah bon, quoi ? Je me suis pelotonnée contre lui. En rentrant de mon bureau, je l’avais appelé : tu as besoin quelque chose ? Non. Du fromage, des Frosties ? Non. Parce que je vais aller faire des courses, il n’y a plus de Coca, ni de thé je crois, tu veux sûrement quelque chose ? Rien. Rien, t’es sûr, c’est dommage, car je voudrais bien te faire plaisir, moi. Alors, fais-moi plaisir, ne me rapporte rien s’il te plaît. Cette conversation m’avait sidérée. Il ne disait jamais non aux Frosties, d’habitude. Jamais non au fromage. Parfois on se levait la nuit, moi pour aller boire une verre de lait, lui pour se faire un sandwich…

 

Rien de grave relation enthoven bruni levy


Si tu ne l’as pas encore lu, je te le conseille. Même si certains passages (un notamment) sont un peu longs, Justine Lévy nous offre pas mal de phrases d’auteur. Le genre de phrases choc qu’on mémorise à peine lues. Et puis “Rien de grave” c’est 200 pages pour te dire qu’il faut profiter de tout, même si on sait qu’on fonce dans un mur, au pire ça fait mal mais ça ne dure pas. Alors ouais, ça fait grave niais dit comme ça. Mais Justine, elle, elle le dit mieux.


Merci à Justine Lévy d'être si bien parvenue à exprimer dans la souffrance l'amour qu'elle a ressenti pour Raphael. Elle décrit ainsi l'importance du premier amour : on passe peut-être ensuite toute notre vie à tenter de le retrouver, peu importe à travers qui. Et ce recul sur les choses importantes de la vie, cette façon paradoxale de minimiser l'importance de choses vitales pour nous rappeler les valeurs essentielles que sont les rapports humains. "Rien de grave" nous rappelle que la vie nous apprend à accepter, sans broncher, les choses les plus graves.

 

Publié dans Culture & cie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elo 14/01/2010 15:08


Ca donne envie de le lire ! merci !!


Melle Bulle 14/01/2010 16:12


C'est le but !!! ;)