Françoise Sagan

Publié le par Melle Bulle



FS1Françoise Quoirez nait le 21 juin 1935 à Cajarc (Lot). Elle prend plus tard le pseudonyme de Françoise Sagan (emprunté à un personnage de Proust, Hélie de Talleyrand Périgord, prince de Sagan) pour la publication de «Bonjour tristesse». Elle est issue d’une famille bourgeoise. Peu brillante élève du Couvent des Oiseaux et du cours Hattemer, elle préfère lire seule Jean-Paul Sartre et Marcel Camus tout en fréquentant les clubs de jazz du Quartier Latin. Elle rate ses examens universitaires à la Sorbonne mais, fascinée par les «Illuminations» de Rimbaud, elle écrit en quelques semaines «Bonjour tristesse» (titre tiré lui d’un vers de Paul Eluard) qu’elle dépose au bureau de l’éditeur René Julliard. Ce roman raconte dans un style immédiat et détaché l’éveil à l’amour d’une adolescente à la fois innocente et perverse. cet ouvrage de Françoise Sagan, âgée alors d’à peine dix-neuf ans, est lancé au printemps 1954 sur fond d’émancipation féminine et adapté trois ans plus tard par Otto Preminger dans le film éponyme avec jean Seberg. La presse s’emballe pour le ton nouveau de cette mineure que l’on compare à Colette ou à Radiguet. Le livre obtient le prestigieux Prix des Critiques avant d’être encensé par François Mauriac. Le public curieux et un tantinet choqué suit, les ventes explosent pour atteindre à ce jour plus de deux millions d’exemplaires, devenant l’un des plus grands best-sellers de l’histoire de l’édition française.

 

 


C’est la gloire pour la jeune Françoise Sagan, propulsée icône de la jeunesseFS2 affranchie des années 50-60 et bientôt égérie des zazous, des hussards et des existentialistes parisiens de tous poils. Elle entretient sa légende personnelle, entourée d’amis (Bernard Frank, Florence Malraux, Jacques Chazot,...). Françoise Sagan mène une vie privée pleine d’excès et de petits scandales insolents. Grisée par le succès, les voitures de sport, l’argent, le jeu, la drogue, l’alcool, elle défraie souvent la chronique mondaine mais aussi, dans les années quatre-vingts, la chronique judiciaire avec diverses affaires de drogues, de plagiat (pour «Le chien couchant»), de fraude fiscale et même d’espionnage pour le compte de son ami, Président de la République, François Mitterrand, dans le cadre d’un volet de «l’affaire Elf». Mariée et divorcée à deux reprises, dont l’une avec l’éditeur Guy Schoeller, Françoise Sagan devenue au fil des ans la sympathique grande dame à petits scandales de la scène culturelle française n’a jamais délaissé sa carrière littéraire et a publié une cinquantaine de romans, dont dix seront adaptés au cinéma par des réalisateurs chevronnés tels que Jean Negulesco pour «Un certain sourire» (1958) avec Joan Fontaine, ou encore «Aimez-vous Brahms» (1961) de Anatole Litvak avec Ingrid Bergman où elle fait une petite apparition. Françoise Sagan écrit également des scénarii pour Claude Chabrol («Landru» - 1962) et Marc Allégret («Le bal du Comte d’Orgel» -1969) et s’essaye à deux reprises à la réalisation, en 1975, avec «Les fougères bleues» avec Françoise Fabian puis pour un court-métrage, «Encore un hiver» réalisé la même année.

 

 


FS3La hussarde du Saint Germain des Prés des sixties s’est éteinte le 24 septembre 2004, âgée de soixante-neuf ans, à Equemauville, près d’Honfleur, où elle vivait sans ressources, hébergée par une amie. «Pas de la grande littérature, mais un bilan globalement positif», disait-elle avec humour de son œuvre. À noter aussi un film «Sagan» (2007) de la cinéaste Diane Kurys consacré à la vie de la romancière, avec Sylvie Testud dans le rôle principal, » qui sera exploité pour la télévision en deux épisodes intitulés «Un charmant petit monstre» et «Des bleus à l’âme».




Publié dans Culture & cie

Commenter cet article

rubrique en vrac 30/01/2010 05:45


non nous ne lui avons pas parler... Y avait plein de monde déjà avec nous allions pas l'embeter en plus, mais elle avait l'air sympa oui...


Melle Bulle 30/01/2010 09:35


C'est déjà ça ! Bon week end !


rubrique en vrac 29/01/2010 18:15


Nous t'avons réservé une surprise dans notre article sur Portishead


Melle Bulle 30/01/2010 09:35


C'est gentil... oui, j'ai vu ça ;)


rubrique en vrac 29/01/2010 16:18


en plus je l'ai croisé une fois de loin dans les couloirs de la fac de Lille 3


Melle Bulle 29/01/2010 17:37


Tu en as profité pour lui parler ? Elle est sympa ?


rubrique en vrac 29/01/2010 05:32


Là je dois avouer que je n'ai jamais vraiment aimé Sagan... Enfin je veux dire ce qu'elle écrit... ma préférée dans les écrivaine (femme écrivain quoi) c'est Marie Darrieussecq


Melle Bulle 29/01/2010 09:43


Ah le Mal de Mer, le Bébé, Tom est mort, oui, une très bonne écrivaine !