Le Déversoir des haines, 2 Février 2007

Publié le par Bulles à la Gomme



Le déversoir des haines et des peines
Est inscrit dans mon coeur amer
Des perles de sang comme des soleils austères
La honte, ou le temps s'écoule. La coupe est trop pleine.

Coûte que coûte, j'écoute et doute
Comme une fée oubliée, pas de veine
Je flotte dans le noir de l'ébène
Comme mon déversoir, ta peine que je redoute.

Les mots perdent leurs sens
Quand les maux n'ont plus de sang
Je me perds à l'infini, où j'erre à contre-courant
Je crains la froideur de deux corps à contresens.

Le déversoir des haines, de mes peines
A une mémoire et dans mon coeur
Brisé à mort, un seul doute dans mon malheur:
T'aurais-je perdu, sans jamais pouvoir savoir si j'aurai su te gagner? Cela me gêne.

Remettre de l'ordre dans mes pensées:
Quoique insoumise, je me lasse
Quand coulent des larmes qui me dépassent
Je m'imagine que dans ma bulle, je suis une fée.

Ambre

Publié dans Handmade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article